INAUGURATION SCULPTURE & CONFÉRENCE CARLOS MARE

CONFÉRENCE CARLOS MARE & MAGDA DANYSZ
LE MARDI 18 JUIN À 19H
Réservation ici


Fluctuart & La Fondation Desperados ont le plaisir d’accueillir l’artiste Carlos Mare, figure emblématique du graffiti new-yorkais, et de mettre en lumière pour la première fois à Paris, son parcours et son œuvre.

À cette occasion, l’artiste a imaginé une sculpture monumentale, installée sur les quais de Seine devant Fluctuart. Pour célébrer sa venue et inaugurer son « Bboy HeadSpinna », nous vous convions à un talk entre l’artiste et Magda Danysz, galeriste et commissaire d’exposition. Ce moment unique permettra d’évoquer sa carrière, depuis ses premiers trains tagués Mare139, en passant par ses graffitis sculptures, jusqu’à sa série plus récente B-Boy Abstracts qui illustre son exploration du breakdance, du mouvement, de la lumière, de l’espace et ses corrélations avec l’art abstrait, faisant de Carlos Mare un des artistes les plus novateurs et reconnus de sa génération.

La Fondation Desperados pour l’art urbain invite l’artiste Carlos Mare, figure emblématique du graffiti new-yorkais, et met en lumière, pour la première fois à Paris, son parcours et son travail autour du breakdance. A cette occasion l’artiste a imaginé une sculpture monumentale qui sera installée sur les quais de Seine, il réalisera une fresque de plus de 40m de long au cœur du quartier de Ménilmontant. Le tout sera rythmé par un cycle de conférences et autres évènements.


Breaking Paris : quand l’art du breakdance investit la capitale

Avec comme volonté de promouvoir l’art urbain et de mettre en lumière sa diversité et sa pluridisciplinarité auprès du plus grand nombre, la Fondation Desperados pour l’art urbain a su s’imposer dans le paysage artistique à travers une programmation pointue et audacieuse, en témoigne une de ses dernières expositions.


SUPER TERRAM

Variant les lieux et les formats, la Fondation Desperados investit cette fois plusieurs lieux de la capitale. Elle y présente Carlos Mare – Breaking Paris, un projet protéiforme qui prend place dans l’espace public et met en lumière l’histoire et l’oeuvre de l’artiste Carlos Mare, figure emblématique de l’âge d’or du graffiti new-yorkais, pour la première fois à Paris. L’occasion de (re)découvrir cet artiste incontournable pour l’art urbain contemporain. Un parcours comme trait d’union entre graffiti, breakdance et art abstrait.

A partir du 12 juin, on y retrouvera notamment la plus grande sculpture d’un B-Boy jamais réalisée par l’artiste. Installée sur le quai du Gros Cailloux, devant le centre d’art urbain Fluctuart (et avec sa collaboration), elle sera accessible à tous les promeneurs des bords de Seine, et fera directement le lien avec les danseurs de tous horizons qui se croisent dans la capitale.

Du 13 au 17 juin, l’artiste interviendra sur le très long mur du Carré de Baudoin (grâce à la complicité de l’association Art Azoï) à travers la réalisation d’une grande fresque dynamique et colorée qui mettra également le breakdance en majesté. Situé en plein cœur du quartier de Ménilmontant cette œuvre sera visible et en accès libre jusqu’au mois d’octobre.

L’exposition sera rythmée par une série d’évènements : conférences, screening, danse (plus d’infos à venir). La Fondation Desperados a également produit un documentaire inédit qui met en lumière le parcours de l’artiste, depuis ses premiers graffitis sur les trains jusqu’à son récent travail autour du breaking, discipline qui l’a accompagné tout au long de sa carrière Carlos Mare, figure emblématique du graffiti new-yorkais

Figure emblématique du graffiti new-yorkais, Carlos « Mare» Rodriguez commence sa carrière artistique en 1976 en peignant sur les trains sous le nom de « Mare139 », abréviation de « Nightmare » (cauchemar). En tant que membre de l’âge d’or du graffiti (1975-1985), il peint aux côtés de nombreuses figures de cette génération : Kel, Dondi White, Crash, Kase2, Noc167, entre autres. En 1984, repoussant les limites du graffiti traditionnel, il devient le pionnier d’une nouvelle forme de graffiti en faisant évoluer son art du lettrage vers la sculpture. Il y voit un moyen d’étendre l’écriture graffiti au-delà du mur. En 1987, il dépasse les limites de ses travaux basés sur les lettres pour se concentrer des sculptures d’aspect plus modernistes en se référant directement aux cubistes, aux futuristes et aux constructivistes dont il a toujours admiré le travail.

La série B-Boy Abstracts
En 2005, Carlos Mare entreprend un travail artistique autour du breaking. Ancrée depuis son enfance, alors qu’il évolue aux côtés du légendaire Rock Steady Crew en tant qu’artiste visuel, la discipline représente une source intarissable d’inspiration. La série B-Boy Abstracts illustre son exploration du breaking, du mouvement, de la lumière, de l’espace et ses corrélations avec l’art abstrait. Ses représentations des B-Boys délibérément stylisées lui permettent de se concentrer sur l’essentiel et de rechercher l’équilibre parfait. La nature codifiée des danseurs : la tête, les mains, les pieds et la courbe du corps, une fois comprise, devient aussi faciles à lire que des mots, ouvrant ainsi un tout nouveau langage pour exprimer les subtilités du breaking. Ses créations à la fois fluides et rigides, contrôlées et sauvages, permettent à l’artiste de repenser ainsi le break comme une forme d’art abstrait.

« Mon objectif était de casser les codes visuels de la danse en m’éloignant des figures de dessins animés pour aboutir à une représentation épurée et claire des mouvements réels du corps dans une forme géométrique et équilibrée. Le travail fait écho à l’héritage des Cubistes, des Futuristes et des Constructivistes, tout en alliant l’écriture graffiti et le breakdance. » _
Carlos Mare

Tout au long de sa carrière, Carlos Mare n’a eu de cesse de repousser les limites du graffiti traditionnel et a constamment cherché à apporter un renouveau à l’esthétique et au vocabulaire du genre. Il continue d’être reconnu comme l’un des artistes les plus novateurs de l’art urbain contemporain et une figure éminente du breaking, de par son histoire étroite avec la discipline.

La Fondation Desperados pour l’art urbain
Créée en 2018, la Fondation Desperados pour l’art urbain, est engagée pour la promotion et la diffusion de l’art
urbain contemporain sous toutes ses formes. Elle met un point d’honneur à soutenir les artistes, émergents
comme plus établis, dans l’enrichissement de leur pratique et le développement de leurs projets. Elle privilégie
l’échange, le partage et déploie son action au cœur de la société à travers des événements nomades.
Audacieuse, innovante et créative, la Fondation Desperados pour l’art urbain s’adresse à la fois aux artistes, aux
acteurs de la scène artistique et au grand public avec liberté et sincérité. https://fondationdesperados.com/ I
@fondationdesperados