Zoom sur le processus créatif de Speedy Graphito

Peux-tu nous rappeler qui tu es ainsi que ta pratique artistique ? 
Je m’appelle Speedy Graphito et je suis artiste plasticien polymorphe.

Quel est ton parcours, comment as-tu commencé à créer ?
J’ai commencé à créer depuis l’enfance. A 9 ans j’ai commencé à prendre des cours de dessins, à 14 ans à peindre des décors de théâtre. Après une formation artistique classique – école d’art appliqué Maximilien Vox et école supérieure Estienne à paris – j’ai commencé à peindre dans la rue sous le nom de Speedy Graphito, en 1983. Mon travail de rue reprenait les toiles que je peignais chez moi sous la forme de petits pochoirs graphiques.
Je partage aujourd’hui mon temps entre l’atelier où je produis des œuvres pour des expositions en musées ou galeries et des fresques pour des interventions urbaines ou des festivals.

Au quotidien dans ton travail d’artiste, qu’est-ce qui t’inspire ? Quel est l’élément déclencheur pour la création d’une œuvre ? 
Ce qui m’inspire est le monde dans lequel je vis. Je peins sous l’ influence de la vie, de mes envies, de mes intuitions, de toutes ces choses qui nous formatent et créent l’individu que nous sommes.
Mes oeuvres ne sont pas le fruit d’une réflexion, c’est plutôt une intuition. Les sujets s’imposent à moi comme prédestinés. Je considère mes oeuvres comme des réponses, une projection de mon regard sur le monde qui m’entoure. C’est finalement l’inspiration qui est le déclencheur pour la création d’une œuvre.

Peux-tu nous expliquer la manière dont tu construis une œuvre ? Quelles sont les différentes étapes de création ? 
J’ai plusieurs processus créatifs. Mon moteur est la plus part du temps l’envie de vivre une expérience avec une matière, des outils, une nouvelle façon de peindre. En atelier, cela peut être en barbouillant le support pour casser le phénomène de la page blanche. Cela peut être en partant d’un fond sombre et en le sculptant à l’aide de touches de peinture, comme des éclats de lumière pour en faire jaillir le motif. Cela peut être en découpant des images sur ordinateur et en les assemblant pour créer des compositions. Cela peut aussi être en utilisant de la terre, des chutes de bois, du métal découpé… pour en faire des sculptures. Même un bout de bois et un banc de sable me suffisent pour m’exprimer. En général j’utilise ce que j’ai sous la main et les variations de matériaux, toujours très inspirant.
La nouveauté appelle à la création.

Pour les fresques, c’est souvent mon travail d’atelier qui en est le prétexte, l’envie d’essayer une nouvelle technique sur des très grands formats. L’utilisation du pochoir est également un moyen de retrouver mes premières expériences picturales sur mur.

Découvrez ci-dessous Speedy Graphito lors de la réalisation d’une fresque.